Kahina

Leny : Maman pourquoi on fait une photo avec un ballon rose ?

Moi : Pour soutenir des dames qui ont eu une maladie aux “tétoux”.

Leny : Alors je vais crier très fort pour faire peur à la maladie et pour qu’elle ne revienne plus jamais embêter les dames !

Moi : Je t’aime mon fils.

 

Jean-Didier

Parce que le cancer est une grosse merde,
Parce que ça peut toucher tout le monde,
Parce qu’on connait tous une personne qui l’a eu,
Parce que plus de 54 000 femmes chaque année sont touchées,
Parce que je soutiens ma maman,
Parce que le combat n’est pas encore terminé,
Parce qu’Octobre rose.

 

Olivia

* Ready to go *

Le 03 Novembre, je participerai à ma première course de 10km, pour une cause qui me tient à coeur, la lutte contre le cancer.

Un challenge et des entrainement depuis 1 mois et demi avec le soutien de ma famille mais aussi celui de ma fille. C’est elle qui m’a donné le goût du running.

Courir pour les femmes, pour ma fille. Ma bataille.
#Odyssea, #10km

 

Julie

En ce mois d’octobre, nous avons fait le choix de réaliser nos autoportraits en famille sur un thème commun : celui d’Octobre Rose, pour sensibiliser au dépistage du cancer du sein.

Quand on a évoqué le thème, j’ai tout de suite pensé à une photo qu’une amie m’avait envoyée il y a déjà quelques longs mois et que je voulais absolument reprendre à ma façon car elle me parlait beaucoup et m’avait beaucoup touchée. Elle m’est apparue comme une évidence pour ce thème.

Je souhaitais cadrer uniquement sur le miroir et nous avoir tous les trois, les uns contre les autres. Sauf que dans les faits, après quelques déclenchements qui ne me plaisaient pas assez au niveau du rendu, mon grand est parti retourner à ses occupations parce que c’était trop long à son goût. Et le résultat final, qui ne correspond pas exactement à mon idée de départ, est encore plus fort en symboles et au niveau de sa composition. De mon ressenti.

 Je trouve cette photo forte pour plusieurs raisons.

La première, concernant la « nudité » qui rappelle à la peau, la chair et ce foutu cancer qui trop souvent, choisi de s’y installer. C’est aussi accepter son corps tel qu’il est, les années qui s’installent et leur histoire avec.

La deuxième, c’est mon grand qui s’est sauvé. C’est ce bazar dans la chambre de ma fille qui est en vacances, son lit est défait car j’ai lavé ses draps et ne l’ai pas encore refait, il y a des jouets qui traînent parce que ses frères ont investi les lieux le temps de son retour. La vie, la vie qui ne prends pas toujours le cours attendu, qui nous emmène dans des endroits que l’on n’attendait pas mais qui a de belles choses à nous offrir de cette façon. Je pense que la maladie passe par cette phase d’acceptation.

La troisième, qui est liée à celle juste avant, c’est la vie qui continue. Quand parfois, on a l’impression que le temps se fige face au cancer, comme dans le miroir. La vie autour continue malgré tout, le temps ne ralentit pas. Je pense que c’est une belle représentation que de se laisser happer par cette vie et de s’y raccrocher. Parce que c’est là qu’on peut y puiser de la force.

La quatrième liée à la lumière. La vie, celle insouciante, celle qui défile, dans la lumière. Un contraste pour poser son regard.

La cinquième, c’est mon regard. Droit, de face, face à soi-même, comme un défi. Ce n’était pas intentionnel, mais il participe clairement à l’impact de cette image et de sa représentation.

Et pour finir, la sixième, c’est le regard de mon petit loup dans mes bras qui regarde son frère jouer. Pour faire le lien entre les deux univers, les deux contrastes présents dans ma photo. Et la vie, qui rappelle à elle ♡

Alors quand même : fuck cancer et vive la vie, imparfaite, avec ses imprévus, avec la maladie qui peut s’installer, mais un grand soutient à cette jolie cause et à tous les malades. A ceux qui l’apprennent, à ceux qui le vivent, à ceux qui se battent. Et en ce mois d’Octobre Rose, particulièrement à celles qui se battent contre ce foutu cancer du sein.

 

 

 

Ligthouse in the storm